La curieuse démission de Line Beauchamp

Publié le 15/05/2012 à 09:09, mis à jour le 15/05/2012 à 09:10

La curieuse démission de Line Beauchamp

Publié le 15/05/2012 à 09:09, mis à jour le 15/05/2012 à 09:10

[Photo : Gilles Delisle]

BLOGUE. La ministre de l'éducation et vice-première ministre, Line Beauchamp, démissionne. Importante perte pour le gouvernement et la province, mais qui est difficile à comprendre et qui a peu de chances de faire évoluer les choses.

Le retrait de la vie politique de madame Beauchamp n'est pas une bonne nouvelle pour le Québec. Elle avait réussi à se bâtir une solide réputation d'écoute dans les dossiers qu'elle avait menés précédemment et avait été en mesure de réconcilier plusieurs intérêts dissonants, que ce soit lors de son passage à la culture ou à l'environnement.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

PLUS : Line Beauchamp démissionne

C'était apparemment une médiatrice hors pair dont le talent manquera aux affaires publiques.

Il est difficile de dire si l'impression est généralisée, mais on la sentait personnellement mal à l'aise dans le mandat qui lui était actuellement confié et qui, malgré les concessions accordées, était encore de l'ordre de "la ligne dure". On peut se demander si sa décision de se retirer de la vie politique (plutôt que de demander une réaffectation) n'est pas en quelque sorte liée à une obligation d'aller contre certaines de ses valeurs personnelles.

On peut d'autant se le demander que les motifs publics évoqués pour justifier le départ n'apparaissent pas très solides. Madame Beauchamp dit en quelque sorte espérer que son retrait permettra de rétablir un meilleur canal de discussions, mais de l'aveu même des leaders étudiants, sa personne n'a jamais été un problème. La difficulté est avec la force de la hausse des frais de scolarité, et non avec Line Beauchamp.

Il est un peu décevant aussi de voir que la vice-première ministre sorte en tentant de laisser entendre que les étudiants sont capricieux parce qu'ils ont refusé en matinée une proposition de moratoire liée à la tenue d'une commission parlementaire à l'automne.

Dans les souliers des étudiants, on aurait aussi demandé des états généraux sur l'éducation plutôt qu'une commission parlementaire. Une commission parlementaire serait presqu'assurément noyautée d'éléments libéraux et adéquistes, favorables à une forte hausse des frais de scolarité. L'offre ministérielle n'était pas loin d'équivaloir à un simple report d'exécution. Dans le style "placez votre tête sur le billot, la hache ne s'abattra que plus tard".

Où est la solution?

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

Blogues similaires

Le rallye de fin d'année est déjà enclenché

Édition du 27 Octobre 2021 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Rien ne semble arrêter le mouvement haussier.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?