Comment la pensée PKiste fera-t-elle l'indépendance?

Publié le 10/03/2014 à 18:14

Comment la pensée PKiste fera-t-elle l'indépendance?

Publié le 10/03/2014 à 18:14


La grande question

Au fur et à mesure que la campagne progressera, les questions des journalistes se feront plus spécifiques et l'on devrait pouvoir un peu mieux cerner où il loge sur ces thèmes.

La question qui nous intéresse le plus est cependant celle du début: le Québec peut-il à son avis faire l'indépendance en maintenant la totalité de ses programmes sociaux?

C'est la première fois que la question se présente sous cette forme. Dans le passé, il y avait des craintes sur le ressac économique d'une éventuelle déclaration d'indépendance, mais le trésor public semblait être en mesure d'encaisser plus de dette (comme en fait foi notre situation actuelle!).

La dette a bondi depuis la dernière récession et, peu importe l'angle d'observation, est la plus élevée au Canada (p. E-17 du dernier budget). Pendant ce temps, on peine à revenir à l'équilibre, avec une économie qui n'est pas en récession. La difficulté est telle, que les déficits prévus pour 2014-15 et 2015-16, qui devaient initialement légalement être remboursés sur cinq ans, le seront maintenant sur 12 ans.

Monsieur Péladeau est très au fait des difficultés qu'il y a à faire cheminer une entité lorsqu'elle est hypothéquée d'une dette importante. Il a brillamment réussi avec Québecor et Vidéotron. Les choses ont été tout autre avec Quebecor World, lorsque les syndicats bancaires ont refusé de faire tourner les prêts.

Comment envisage-t-il la situation?

Il ne s'agit pas de dire que le Québec serait incapable de traverser des turbulences financières. Il s'agit d'indiquer aux Québecois comment pourrait se faire ce passage. Parce qu'il est douteux que les finances publiques du Québec soient actuellement capables d'encaisser un ralentissement économique de l'ampleur de celui de 2008-2009 sans délestage.

Faudrait-il constituer dès maintenant un fonds de réserve pour la transition? À quelle hauteur? Pendant combien de temps?

Et de quelle façon: en haussant les impôts ou sabrant dans les programmes sociaux?

La parole est à monsieur Péladeau.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

Blogues similaires

Le marché baissier envoie des recrues dans les mains d'acquéreurs

BLOGUE. La dépréciation de dentalcorp et de Converge Technology attire des offres. D'autres pourraient suivre.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?