Les taux à long terme baissent. Est-ce mauvais signe ?

Publié le 14/05/2014 à 18:06

Les taux à long terme baissent. Est-ce mauvais signe ?

Publié le 14/05/2014 à 18:06

L'optimisme baisse d'un cran

Ce n’est pas la seule explication bien sûr. L’optimisme envers l’accélération économique et la croissance synchronisée se modère aussi.

Le nombre de pays de l’OCDE dont les indicateurs avancés s’améliorent recule depuis quatre mois, note aussi M. Roberge. En mars, seulement 58 % des membres de l'OCDE affichaient une hausse de leurs indicateurs avancés. Ces indicateurs devancent habituellement l'économie de six mois.

Le conflit ukrainien envoie évidemment les investisseurs les plus craintifs dans le refuge des obligations.

Les investisseurs écoutent aussi les banques centrales. Janet Yellen, de la Fed, juge que l’économie américaine a encore besoin de taux faibles pour stimuler l’emploi et l’habitation.

La Banque centrale européenne, avec l’assentiment de l’Allemagne, a prévenu qu’elle pourrait baisser ses taux ou racheter des titres au début de juin pour combattre la désinflation en Europe.

La baisse des taux en Europe rend aussi le rendement qu’offrent les obligations américaines plus intéressantes qu’avant.

Les fonds de couverture et les investisseurs actifs, amplifient aussi les fluctuations à court terme. Ces investisseurs avaient misé sur une remontée des taux, en vendant des obligations à découvert. Pour éviter d’autres pertes, ils rachètent des obligations en catastrophe, ce qui fait monter leurs cours et descendre leur rendement à l’échéance.

Les experts en devises de Bank of America Merrill Lynch, croient aussi que la Chine achète des obligations américaines pour déprécier le yuan.

 

Réalignement typique

M. Durocher ne voit rien de menaçant dans le récent recul des taux à long terme. Le marché des obligations n’envoie pas le signal que l’économie se détériore.

Il y voit plutôt l’un des nombreux réalignements conjoncturels du marché auquel on assiste si souvent.

« Les investisseurs revoient leurs attentes, mais ne remettent pas en question la tendance de l’économie ou des taux », fait valoir l’économiste.

L’été dernier, les taux avaient grimpé trop rapidement après que la Fed ait laissé entendre qu’elle songeait à réduire ses rachats d’obligations.

« À court terme, ce genre de mouvement semble spectaculaire, mais lorsqu’on le répartit sur une plus longue période, il n’apparaît plus du tout hors norme », ajoute M. Durocher.

Chez Addenda, on prévoit que l’économie continuera de s’améliorer et que les taux à long terme continueront leur remontée, et ce, lentement.

 

À propos de ce blogue

La Sentinelle de la Bourse se veut un blogue pour les investisseurs qui s¹intéressent aux rouages de la Bourse et aux marchés financiers. Son objectif : surveiller et débusquer des repères financiers pertinents pour prendre le pouls des Bourses et ainsi mieux aiguiller les décisions de placement de l¹investisseur.

Dominique Beauchamp
Sujets liés

Économie , Bourse

Blogues similaires

Bourse: le temps de miser sur les pétrolières?

22/10/2021 | Denis Lalonde

BALADO. Même si l'industrie pétrolière est polluante, le secteur a généré de bons rendements sur un an à la Bourse.

L'encaisse de son portefeuille et le «coût d'opportunité»

Édition du 27 Octobre 2021 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Le « coût d’opportunité » représente la valeur de la meilleure occasion que l’on rate en choisissant...

Verizon, le nouveau défi de Manon Brouillette

Édition du 16 Juin 2021 | Stéphane Rolland

ANALYSE. La notoriété a une dimension régionale. La nomination de Manon Brouillette à la ...