Les taux à long terme baissent. Est-ce mauvais signe ?

Publié le 14/05/2014 à 18:06

Les taux à long terme baissent. Est-ce mauvais signe ?

Publié le 14/05/2014 à 18:06

Les obligations américaines à long terme se sont appréciées de 9,6 % depuis le début de l'année

Suspect numéro un : les caisses de retraite

Plusieurs économistes et stratèges ont été pris de court par la tournure des événements et cherchent une explication à ce mystère.

Celle qui revient le plus souvent est le fait que les caisses de retraite, les véritables poids lourds dans les marchés, rééquilibrent leurs portefeuilles, après les gains boursiers des dernières années et en particulier celui de 2013.

Les régimes de retraite encaissent des gains dans les actions et achètent des obligations à long terme pour retrouver leur répartition-cible.

« La hausse des actions les éloigne de leur cible. Les caisses veulent apparier l’échéance de leurs actifs avec celle de leurs engagements financiers envers leurs prestataires », explique Benoit Durocher, vice-président, directeur et chef de la stratégie économique chez Addenda Capital, en entrevue.

Aux États-Unis, les gains boursiers et la hausse des taux de 2013 ont fait en sorte d’éliminer les déficits actuariels de plusieurs caisses. Elles profitent donc de ce renflouement pour rééquilibrer « massivement » leur répartition d’actif afin d’allonger l’échéance de leurs actifs, indique aussi Kevin Ferry, fondateur de Cronus Futures.

Avec leurs 16 000 milliards de dollars américains d’actifs, les caisses ont beaucoup d’influence sur les marchés.

« Une fois que son déficit actuariel est éliminé, la caisse de retraite ne veut plus prendre le risque de revivre quelque chose comme 2008. Donc, elle achète des obligations de la même échéance que son passif actuariel, soit les prestations futures des employés. On appelle cela l'immunisation. On abandonne l'idée de générer des surplus pour ne plus jamais courir le risque de connaître des déficits comme ceux de l’après-crise de 2008 », explique Martin Roberge, stratège quantitatif de Canaccord Genuity, en entrevue.

Paradoxalement, plus la Bourse ramènera les caisses en surplus, plus elles vont acheter des obligations pour s’immuniser, ajoute-t-il.

« La Fed l’a compris. Puisque les caisses achètent, la Fed peut se permettre de réduire ses propres rachats d’obligations, sans trop craindre de montée des taux ».

L'optimisme baisse d'un cran

À propos de ce blogue

La Sentinelle de la Bourse se veut un blogue pour les investisseurs qui s¹intéressent aux rouages de la Bourse et aux marchés financiers. Son objectif : surveiller et débusquer des repères financiers pertinents pour prendre le pouls des Bourses et ainsi mieux aiguiller les décisions de placement de l¹investisseur.

Dominique Beauchamp
Sujets liés

Économie , Bourse

Blogues similaires

Bourse: trois secteurs à privilégier et un à éviter en période inflationniste

15/10/2021 | Denis Lalonde

BALADO. En septembre, l'IPC aux États-Unis a atteint 5,4% en rythme annualisé, son niveau le plus élevé depuis 2008.

Rien de mieux que le tennis et la Bourse pour rester humble

15/10/2021 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. À la Bourse comme au tennis, la défaite reste la meilleure source d'apprentissage.

Verizon, le nouveau défi de Manon Brouillette

Édition du 16 Juin 2021 | Stéphane Rolland

ANALYSE. La notoriété a une dimension régionale. La nomination de Manon Brouillette à la ...