La fin du «Produit Minimum Viable»

Publié le 13/04/2023 à 12:00

La fin du «Produit Minimum Viable»

Publié le 13/04/2023 à 12:00

Photo : Jason Goodman pour Unsplash.com

OPINION. J’ai toujours été un grand fanatique de l’approche «Lean Start-Up» qui consiste principalement à lancer rapidement des produits sur le marché, en utilisant des cycles de développement court et en se concentrant sur les commentaires des clients pour améliorer continuellement le produit. 

Cette approche, souvent préconisé et enseigné dans la plupart des incubateurs évite de passer une éternité à développer un produit qui n’intéresse personne ou à y mettre tellement de temps et d’énergie qu’il sera trop tard à son lancement. Pour ce faire, il est proposé de lancer ce qui est appelé un «MVP» soit la version la plus minimale du produit (Produit Minimum Viable). Il s’agit évidemment d’un moyen efficace de commercialiser un produit rapidement et à moindre coût. En revanche, j’ai dernièrement constaté que plusieurs start-ups utilisant cette approche en ont plutôt fait les frais. Effectivement, le concept de MVP peut aussi parfois conduire à lancer un produit trop rapidement et inachevé qui ne satisfait pas les clients, et par conséquent, donne l’impression qu’il n’a pas de potentiel.

Aujourd’hui, je tente personnellement d’inciter mes équipes en développement de produit, mais aussi les start-ups que j’ai la chance d’accompagner à plutôt viser de lancer un « MLP » soit un produit minimal appréciable (Minimum Loveable Product). Le MLP donne la priorité à la satisfaction et à l'expérience des utilisateurs plutôt qu'à la vitesse et au coût. La création d'un MLP nécessite une compréhension plus approfondie de votre client potentiel et de ses besoins. Cette approche peut aboutir à un produit plus raffiné qui non seulement répond aux besoins des clients, mais dépasse également leurs attentes, ce qui améliore la fidélité et la rétention des clients.

Quoique la création d’un MLP nécessite plus de ressources et de temps que la création d’un MVP, l’investissement est selon moi rentable à long terme, car il risque d’amener une meilleure satisfaction client et un engagement de ceux-ci. Par exemple, le MLP ne consiste pas seulement à ajouter plus de fonctionnalités, mais à créer une connexion avec les utilisateurs via le produit. Ce faisant, les entreprises peuvent créer une clientèle fidèle qui contribuera au succès de leur produit. C’est ce que prône aussi l’approche du «Product Led Growth», une approche très tendance en ce moment qui préconise la création d’un produit exceptionnel qui attire et retient les consommateurs étant donné la qualité de son produit, évitant de devoir investir massivement dans le marketing.

Voici donc quelques pistes expliquant pourquoi l’approche MVP a beaucoup de défauts et pourquoi nous devions plutôt parler de MLP à partir de maintenant!

Les problèmes avec le «Produit Minimum Viable»

L'approche MVP, qui signifie le Produit Minimum Viable, est souvent présentée comme un moyen de mettre rapidement un produit sur le marché et de tester sa viabilité. Cependant, cette approche peut avoir plusieurs facettes plus négatives.

Un problème avec MVP est que 100% de l’effort est concentré sur les exigences minimales. Bien qu'il puisse être tentant de précipiter un produit sur le marché pour battre ses concurrents, cette approche peut négliger des aspects importants du produit qui le rendent désirable ou agréable. C’est un peu comme « rester sur sa faim ». Par exemple, un produit peut répondre aux exigences minimales de fonctionnalité, mais il peut manquer de conception intuitive ou d'attrait esthétique, ce qui le rend difficile à utiliser ou à apprécier par les clients. Cela peut entraîner de faibles taux de satisfaction et de rétention des clients.

L’autre problème que j’ai souvent constaté avec l’approche de produit minimalement viable est qu’Il peut créer une première impression négative lorsque l’utilisateur teste la solution. Il a l’impression qu’on lui présente un produit pas du tout aboutit, bogué ou difficile à utiliser, et par conséquent, il devient parfois beaucoup plus difficile de le convaincre d’acheter la solution dans le futur.

Pourquoi le «Produit Minimum Appréciable»?

La création d'un produit minimum appréciable (MLP) est selon moi un meilleur plan. Tout d'abord, cela vous permet de vous concentrer sur la création d'un produit que vos clients apprécieront vraiment. Cela implique de prendre le temps de comprendre votre public cible et ses besoins. Cela vous donnera donc l’opportunité de développer un produit qui répond non seulement à leurs exigences minimales, mais aussi de dépasser leurs attentes sur différents points.

Deuxièmement, le processus de création d'un MLP implique de recueillir les commentaires de votre public cible, contrairement au MVP qui confronte votre produit directement aux utilisateurs. Ces commentaires peuvent être utilisés pour améliorer le produit et le rendre encore plus attrayant pour vos clients. De plus, en impliquant vos clients dans le processus de développement de produits, vous pouvez créer un sentiment d'appartenance et de fidélité avec eux. Par conséquent, ceci risque de déboucher sur des références clients plus payantes que n’importe quelle campagne marketing.

Finalement, la création d'un MLP peut vous aider à économiser du temps et de l'argent. En vous concentrant sur les fonctionnalités les plus essentielles de votre produit, vous pouvez le lancer plus rapidement et avec moins de ressources. Cela peut vous permettre de mettre votre produit sur le marché plus rapidement et de commencer à générer des revenus plus tôt.

Il est manifestement mieux de faire un MVP que de passer des mois à développer un produit sans en parler à personne. Toutefois, je reste persuadé qu’avec tous les nouveaux outils de développement (no-code, IA, etc.), il est aujourd’hui possible d’aller un peu plus loin et d’offrir un produit minimum appréciable. Le tout aura certainement un impact sur la perception de votre produit par vos clients et diminuera vos risques.

À propos de ce blogue

L’innovation et l’entrepreneuriat sont deux sujets qui me touchent particulièrement. Depuis mon plus jeune âge, mon TDA/H m'a toujours donné l’impression d’être différent. Ce surplus d’énergie constant est devenu un véritable incubateur à idées. Je partagerai donc avec vous mes réflexions et des histoires inspirantes qui touchent l’innovation, mais aussi la santé mentale des entrepreneurs. Parfois provocant, je m’assurerai de vous sortir de votre zone de confort.

Dominic Gagnon

Sur le même sujet

Comment les grandes adoptent l'IA

Édition du 22 Mai 2024 | Emmanuel Martinez

SPÉCIAL 300. Certaines entreprises naviguent à voiles déployées avec ces nouvelles technologies.

L'IA est un moyen, pas une fin

Édition du 22 Mai 2024 | Emmanuel Martinez

SPÉCIAL 300. Avez-vous bien évalué pourquoi vous désirez avoir recours à l'IA?

Blogues similaires

L'art d'être plus efficace

21/05/2024 | Nicolas Duvernois

EXPERT INVITÉ. «J’ai décidé de ne plus subir la technologie et de l’utiliser, sous mes conditions.»

Cinq secondes pour un destin

27/04/2022 | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Même en temps de crise, on devrait toujours aller de l’avant en ne s’éloignant jamais de l’essentiel.

Noël aux couleurs de notre culture

21/12/2021 | Mélanie Paul

BLOGUE INVITÉ. Offrir un cadeau fait par des Autochtones est un bon moyen de tisser des liens avec les Premières Nations