GE change pour le mieux

Publié le 21/04/2015 à 09:23

GE change pour le mieux

Publié le 21/04/2015 à 09:23

(Photo: Bloomberg)

La décision de General Electric (NY, GE, 27$US) de sortir du secteur financier pourrait bien avoir des impacts massifs sur cette industrie à long terme. Mais pour ses actionnaires, c’est positif.

Le 10 avril, la direction de GE a annoncé qu’elle vendrait la plus grande partie des actifs de sa filiale GE Capital d’ici les 24 prochains mois. La société a pris une charge de 16 milliards de dollars (G$) US après impôts pour prendre en considération les coûts reliés à cette décision.

Ce n’est pas tout à fait une surprise. Depuis la crise de 2008-09, le président de GE, Jeffrey Immelt, cherche à réduire la taille de sa filiale financière. L’idée maîtresse de M. Immelt est de concentrer les activités de GE dans les secteurs industriels, de l’énergie, des infrastructures, de la technologie et de la santé, où elle a des avantages compétitifs clairs. De plus, les besoins en capitaux sont moindres.

Lors de son annonce, GE a de plus insisté sur le fait qu’elle prendra le capital que lui procurera la vente des activités financières pour augmenter le dividende et racheter de ses actions. Elle prévoit retourner 90G$US à ses actionnaires d’ici 2018 (sa valeur boursière est d’environ 270G$US).

Pour l’actionnaire, ce sont des gestes positifs. GE en sortira une société multinationale beaucoup plus facile à suivre et à évaluer. Les investisseurs ont toujours été déchirés entre évaluer GE comme une financière (en raison de la grande importance de ce segment sous le président précédent Jack Welch) ou comme une société industrielle, cette dernière pouvant se mériter un ratio cours/bénéfices plus élevé.

La décision est importante parce qu’elle représente un point tournant dans la vie de GE, mettant en morceaux la stratégie de Jack Welch. Ce dernier, profitant d’un marché haussier sans précédent, avait gonflé GE avec ce qui s’est révélé plus d’artifices que de substances, la filiale financière servant d'outil pour livrer des bénéfices sur mesure.

M. Welch est ainsi devenu une grande vedette du monde financier, statut qu’on devrait remettre en question, résultat du verdict du temps. J’ai fait l’éloge de Jack Welch plusieurs fois lors de son règne et je me demande aujourd’hui s’il le méritait vraiment!

Autre point important, en diminuant GE Capital, GE ne sera plus réglementée comme une grande institution financière, diminuant considérablement ses exigences réglementaires.

Enfin, le geste de GE est la consécration d’une nouvelle époque pour les sociétés financières qui s’éloignent du concept «Too big to fail» («Trop grosse pour échouer») pour adopter le modèle «Too small to not reward my shareowners» («Tros petite pour ne pas enrichir mes actionnaires»)…

Bernard Mooney

 

 

Blogues similaires

Canada Goose : le coup de froid

Édition du 26 Janvier 2019 | François Pouliot

CHRONIQUE. Le Canada a bon nom à l'étranger. Utilisons-le pour tenter de donner du levier à nos produits. Bonne ...

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?

Le rallye de fin d'année est déjà enclenché

Édition du 27 Octobre 2021 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Rien ne semble arrêter le mouvement haussier.