Quoi faire quand tout bascule

Publié le 29/11/2008 à 00:00

Quoi faire quand tout bascule

Publié le 29/11/2008 à 00:00

Par Jean Gagnon

La dégringolade boursière a peut-être anéanti votre rêve de jouir pleinement de la retraite. Peut-être vous a-t-elle forcé à reporter des projets qui vous tiennent à coeur.

Mais tout n'est pas perdu !

Que vous soyez à une dizaine d'années de la retraite ou que vous soyez déjà retraité, vous pouvez prendre des mesures pour mieux composer avec la situation exceptionnelle que nous vivons.

Pour certains, le meilleur remède sera de rééquilibrer leur portefeuille. Pour d'autres, la solution sera de planifier différemment les retraits de ses REER.

La médication : augmenter l'encaisse

La chute des Bourses vous a sans doute ébranlé. De prime abord, il faut gérer ce stress causé par la tourmente boursière.

La médication recommandée est l'encaisse, c'est-à-dire les placements que vous pouvez convertir rapidement et sans perte en argent liquide, dit François Breton, vice-président de RBC Dominion valeurs mobilières.

En conservant une plus forte proportion de vos placements en encaisse, vous vous donnez le temps d'étudier soigneusement la façon de réinvestir votre capital. Dans le contexte actuel, le meilleur moyen de gonfler votre encaisse est de vendre des titres à revenu fixe.

La clé du succès : rééquilibrer son portefeuille

L'augmentation de votre encaisse doit vous amener à rééquilibrer votre portefeuille, souligne M. Breton.

Par exemple, si votre stratégie de placement consiste à détenir 50 % d'actions, 45 % d'obligations et 5 % d'encaisse, il faut rééquilibrer le portefeuille lorsque des variations de marché ont modifié cette répartition.

"Tous les investisseurs, retraités ou non, doivent le faire", dit François Breton.

Le rééquilibrage régulier du portefeuille a pour avantage d'amener l'investisseur à acheter des titres quand le marché est bas, et à les vendre quand il est élevé.

Supposons que la chute boursière a fait fondre le poids de vos actions de 50 à 30 % de votre portefeuille. Il faut donc vendre des obligations pour acheter des actions afin de rééquilibrer le portefeuille.

Des risques à ne pas oublier

En plus des pertes occasionnées par la baisse de la Bourse, les retraités et les préretraités sont exposés à plusieurs autres risques, dont l'inflation et celui d'épuiser son épargne avant la fin de ses jours, dit Hélène Gagné, gestionnaire de portefeuilles et associée chez PWL Capital.

À un taux d'inflation de 3 %, le pouvoir d'achat diminue de 50 % en 24 ans. L'espérance de vie ne cesse d'augmenter. Il y a donc un risque que vos économies soient insuffisantes.

Décider maintenant de quitter complètement la Bourse pour tout placer dans des obligations n'est pas une bonne solution, car les rendements des obligations, environ 3,5 % avant impôts, ne permettraient pas de faire face à l'inflation et à une longévité accrue, souligne Mme Gagné.

"Dans le contexte actuel, réinvestir en actions ne sera pas facile, et les gens devront plus que jamais dominer leurs émotions", dit-elle. Mais les épargnants n'auront pas le choix de passer par là s'ils veulent atténuer l'effet de la chute boursière sur leur retraite.

jean.gagnon@transcontinental.ca

À la une

Un ruban intelligent pour traiter des enfants à l’urgence

Une start-up montréalaise a conçu un dispositif qui permet de mieux déterminer la dose de médicaments pour les enfants.

Bourse: Wall Street termine en forte baisse, la Fed et Netflix font tomber les indices

Mis à jour à 17:15 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine en baisse de plus de 400 points.

À surveiller: Quincaillerie Richelieu, Well Health et Guru

Que faire avec les titres de Quincaillerie Richelieu, Well Health et Guru? Voici quelques recommandations d’analystes.