Tact, l'agence qui boume

Publié le 15/06/2013 à 00:00

Tact, l'agence qui boume

Publié le 15/06/2013 à 00:00

Dans le milieu des communications, c'est l'agence qui monte. Tellement vite qu'on peut parler de «buzz». Tact Intelligence-conseil n'a qu'un an et demi, mais déjà 26 employés, dont plusieurs sont très connus ; un chiffre d'affaires de 3,5 millions de dollars et des clients de prestige comme Danone, IGA et Les Rôtisseries St-Hubert. Cerise sur le gâteau : la jeune entreprise a atteint la rentabilité après seulement trois mois d'exploitation, malgré les dépenses importantes attribuables au démarrage.

«Je ne pensais jamais qu'on serait rentables si rapidement. Les budgets les plus fous, on les a dépassés, tant pour les revenus que pour les profits», s'étonne et se réjouit François Ducharme, chef de l'exploitation et associé principal de l'entreprise, qui a des bureaux à Québec et Montréal.

«C'est une exception dans le milieu, constate Bernard Dagenais, professeur au Département d'information et de communication de l'Université Laval. L'agence a bien joué les besoins du moment avec le talent nécessaire. Beaucoup d'agences ont vu le jour et n'ont pas remporté ce succès.»

Une question d'expertise et de réputation

François Ducharme avait déjà cofondé Ducharme Perron communications et affaires publiques en 1986, qu'il avait vendue à Hill+Knowlton en 1998, chez qui il a été vice-président et directeur général jusqu'à ce qu'il décide de partir en 2011, avec le projet de fonder une nouvelle entreprise.

Son associé et chef de la direction de Tact, Daniel Matte, est son coéquipier depuis 1996. Les deux hommes expliquent leur réussite par leur expérience, leur expertise et leur réputation, de même que celle de leur équipe, qui compte notamment l'ex-députée adéquiste Marie Grégoire et plusieurs pointures du domaine des communications. «Dès le départ, de grands clients comme Gaz Métro et Ultramar nous ont suivis, et ça nous a obligés à grossir vite, parce que ces grandes entreprises ont besoin de services diversifiés», note François Ducharme.

Affaires publiques et gouvernementales, communications internes, gestion de crise, prévention, conseil stratégique et relations de presse font partie des services offerts par Tact.

«Mais on ne veut pas devenir les plus gros. On veut devenir les plus grands. La nuance est importante», estime le communicateur.

Un secteur qui se transforme

Le marché des firmes de communications s'est transformé au cours des dernières années à la faveur d'acquisitions par des agences d'envergure internationale (Hill+Knowlton Strategies, FleishmanHillard). À côté de ces agences et de National, il y a surtout de petites firmes qui ne peuvent pas servir beaucoup de gros clients. Les fondateurs de Tact voyaient donc un espace pour ouvrir une autre agence d'importance, de propriété québécoise.

«Une firme ne peut pas travailler à la fois pour Loblaws et Sobeys, dans l'alimentation, ou pour McDonald's et Burger King, dans la restauration rapide. Il y a donc de la place pour quelques joueurs d'importance dans le marché», souligne M. Ducharme.

Le marché des relations publiques est également en croissance. Même s'il existe peu de données officielles sur l'évolution du secteur, une croissance de 5 % par année semble une évaluation réaliste, selon le professeur Dagenais. «Aujourd'hui, tous les secteurs d'activité ont recours aux relations publiques. C'est presque une nécessité maintenant, avec la responsabilité sociale des entreprises.»

Le mouvement de clients vers Tact a aussi été accompagné d'un engouement de la part des professionnels des relations publiques. François Ducharme se dit presque ému par la quantité de gens qui, rapidement, ont manifesté leur intérêt de se joindre à sa nouvelle agence. Et dans ce milieu où la pression est forte et le roulement de personnel, élevé, Tact retient tout son monde depuis son ouverture, à l'exception d'un employé placé chez un client.

«Je trouve que c'est révélateur. Ça montre que les gens ont du plaisir et qu'ils se sont attachés», dit Daniel Matte.

«On est allés chercher des gens avec qui on s'entendait bien, parce que le fun est une valeur importante chez nous. Notre pari, c'était d'être rentable, d'avoir du plaisir et de croître sans presser les employés comme des citrons», précise M. Ducharme.

Avant de penser ouvrir des bureaux à l'extérieur du Québec, les associés de Tact veulent consolider leur position sur le marché québécois. Entre-temps, pour répondre aux attentes de leurs clients qui ont des besoins communicationnels hors de la province, l'agence a conclu des partenariats avec Global Public Affairs et GCI.

À la une

Nouvel espoir dans la lutte aux changements climatiques

25/11/2022 | François Normand

ANALYSE. Plusieurs pays ont réussi à réduire leurs émissions de GES tout en affichant une croissance économique.

Bourse: Toronto clôture en légère hausse

Mis à jour le 25/11/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street a terminé sur une note contrastée.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour le 25/11/2022 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.