Réduire ses prix, un pari risqué

Publié le 15/08/2009 à 00:00

Réduire ses prix, un pari risqué

Publié le 15/08/2009 à 00:00

Pour pallier la chute de leurs ventes en raison de la récession, des groupes traditionnellement présents dans le marché haut de gamme visent de plus en plus le milieu et le bas de gamme.

Ils cherchent à réaliser plus de ventes pour générer des revenus ou réduire les stocks. La stratégie est simple : soit l'entreprise baisse ses prix, soit elle lance une gamme de produits moins chers au détail, sans toutefois trop s'éloigner de la qualité de ses marques.

Ce phénomène est particulièrement fort en Europe et aux États-Unis. En France, Danone a mis en marché en 2008 Eco Pack, un emballage de six yogourts vendu 1 euro (1,54 $ CA) avec le slogan " la qualité Danone à prix mini ". Ce produit n'est pas offert au Canada.

Aux États-Unis, le bijoutier Tiffany & Co., dont les revenus ont chuté de 22 % au premier trimestre de 2009, offre désormais ses bagues de fiançailles à 10 % de rabais. Ce produit représente 20 % de ses ventes.

Si cette stratégie s'avère payante à court terme, elle est aussi risquée. Pierre Trudel, président d'Avantage Interaction Client, croit que la pire erreur est de diminuer la qualité d'une marque pour l'offrir à des prix plus alléchants.

" Ce n'est pas tout le monde qui veut économiser à tout prix, rappelle-t-il. Mais tout le monde veut plus de valeur pour le dollar dépensé ! " Selon lui, si une entreprise veut offrir un produit de moindre qualité à meilleur marché, mieux vaut en changer la marque.

À la une

Les vendredis au bureau sont-ils morts?

Il y a 28 minutes | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «J'aimerais télétravailler les vendredis. Mais j'ai peur que les patrons prennent ça pour un caprice.»

Bourse: l'immobilier résidentiel américain reste attrayant

Il y a 28 minutes | Denis Lalonde

BALADO. L'immobilier résidentiel américain recèle un bon potentiel de croissance à long terme, dit François Rochon.

Immobilier: la correction historique aura-t-elle lieu?

17/08/2022 | Jean Sasseville

BLOGUE INVITÉ. En tant que courtier immobilier, j’observe de la surenchère, mais le nombre de cas est en diminution.