Longue convalescence en vue pour Sun Life

Publié le 25/10/2008 à 00:00

Longue convalescence en vue pour Sun Life

Publié le 25/10/2008 à 00:00

Par Jean Gagnon

La crise financière frappe de plein fouet la Financière Sun Life (Tor., SLF, 32 $).

L'assureur vie, qui vient d'annoncer une première perte trimestrielle depuis sa démutualisation en 2000, pourrait encaisser une autre perte au quatrième trimestre, prévoient les analystes.

Dans un geste inhabituel, Sun Life a donné le 21 octobre un avant-goût de ses résultats du troisième trimestre terminé le 30 septembre, deux semaines avant la date de publication prévue.

Un revirement de 1 milliard de dollars

Sun Life a indiqué qu'elle avait subi une perte de 396 millions de dollars (M$) au troisième trimestre, comparativement à un bénéfice net de 577 M$ pour la période correspondante l'an dernier. Il s'agit d'un écart de près de 1 milliard de dollars (G$), entièrement attribuable à la crise financière.

L'assureur a perdu 636 M$ à cause de ses investissements dans les titres de dette de Lehman Brothers, Washington Mutual et American International Group (AIG).

Il a également inscrit une perte de 326 M$ causée par la chute des marchés boursiers.

Sans les charges exceptionnelles, Sun Life aurait affiché un bénéfice par action de 1 $, soit une baisse de seulement 1 % par rapport à l'an dernier.

Or, étant donné que la chute des Bourses s'est accentuée depuis le début d'octobre, Sun Life pourrait encore inscrire une perte au quatrième trimestre. Les résultats de la société sont très sensibles aux fluctuations de la Bourse, notamment parce qu'elle garantit le capital d'un certain nombre de produits de placement, dont les fonds distincts.

André-Philippe Hardy, analyste chez RBC Marchés des Capitaux, prévoit que Sun Life subira au quatrième trimestre une perte de 450 M$, ou 0,80 $ par action, si les marchés ne se redressent pas.

Malgré cela, l'état du capital de base de l'assureur n'est pas menacé pour l'instant.

En cédant sa participation dans le Fonds de revenu CI Financial à la Banque Scotia, Sun Life regarnira ses coffres de 2,3 G$.

Selon Mario Mendonca, de Genuity Capital, Sun Life est un des assureurs vie canadiens les mieux capitalisés.

Un long rétablissement

La façon dont le cours de l'action a décliné depuis 12 mois, et principalement au cours des dernières semaines, n'est pas de bon augure, estime Monica Rizk, analyste principale de Phases & Cycles, une firme spécialisée en analyse technique. " Rien n'indique que le titre ait enfin atteint un point d'appui ", dit-elle.

L'analyse technique consiste à prévoir la tendance des cours boursiers par l'étude de la configuration graphique et d'indicateurs de tendances.

Même si le titre sera sujet à des rebonds fréquents compte tenu qu'il est survendu, il est probable qu'il retouchera éventuellement le creux atteint le 10 octobre, pense l'analyste. Mais, chose certaine, il faudra qu'il se négocie pendant quelque temps à un certain niveau déprimé avant de rebondir de façon durable.

Manuvie écope aussi

La Financière Sun Life est la première compagnie d'assurance canadiennes à dévoiler ses résultats du troisième trimestre, et les pertes se sont révélées supérieures aux prévisions des analystes.

" L'annonce de ces résultats aura un impact négatif sur les titres des autres compagnies d'assurance ", indique Michael Goldberg, analyste chez Valeurs mobilières Desjardins.

Le titre de Sun Life a chuté de 13 % au cours de la journée du 21 octobre. En sympathie, l'action de Financière Manuvie s'est dégonflée de 8 %.

Rappelons que, le 13 octobre, Manuvie annonçait qu'elle prévoyait subir une perte de 250 M$ au troisième trimestre en raison de créances irrécouvrables. S'y ajouterait une perte de 630 M$ causée par la chute boursière, selon l'analyste Mario Mendonca.

jean.gagnon@transcontinental.ca

À la une

Les nouvelles du marché

Il y a 56 minutes | Refinitiv

Des Rohingyas poursuivent Facebook, traitement de GSK-Vir, Intel, les pétrolières et American Airlines.

Main-d'oeuvre: les 60-74 ans ne seront pas une panacée pour le secteur manufacturier

01/12/2021 | François Normand

SECTEUR MANUFACTURIER. Il faut par exemple avoir de bonnes capacités physiques pour travailler dans une aluminerie.

Partager des employés, une stratégie à double tranchant

01/12/2021 | François Normand

SECTEUR MANUFACTURIER. Cette stratégie a des avantages évidents, elle comporte en revanche certains risques.