Faire du neuf avec du vieux, une histoire de famille

Publié le 15/11/2008 à 00:00

Faire du neuf avec du vieux, une histoire de famille

Publié le 15/11/2008 à 00:00

1 de 5

SÉRIE LES LEADERS ENVIRONNEMENTAUX Des dirigeants nous expliquent comment leur entreprise a pris le virage vert. Une série qui présente des initiatives concrètes, racontées par ceux qui les ont mises en place.

Alain Lemaire, président et chef de la direction du fleuron québécois Cascades, explique comment le recyclage, autrefois une nécessité, est aujourd'hui la signature de son entreprise.

Journal Les Affaires - Votre famille est une pionnière en ce qui concerne la récupération et le recyclage. Votre père, Antonio, était-il environnementaliste avant l'heure ?

Alain Lemaire - Sans le savoir, oui. Il a initié ses enfants au recyclage du papier, du métal... Il avait coutume de dire : " Ça, c'est encore bon. On peut sûrement en faire quelque chose. " Il a construit la maison familiale avec des matériaux récupérés. À vrai dire, c'était bien plus un mode de survie qu'un mode de vie, car notre famille était très pauvre et ne pouvait se permettre de gaspiller.

JLA - La fabrication de pâte à papier avec le mélangeur de votre mère ajoute à la petite histoire des Lemaire ?

A.L. - Au lieu de vendre des vieux papiers aux papetières, mon père a eu l'idée de leur vendre de la pâte. Mais il fallait la fabriquer. Pour mettre au point son procédé, il a utilisé le mélangeur culinaire et le presse-purée de ma mère pour broyer les vieux papiers en pulpe et en façonner des galettes. Il était ce que j'appelle un ingénieux.

JLA - Et c'est le début de Cascades...

A.L. - Oui. En 1957, la famille a fondé la Drummond Pulp & Fibre, qui fabriquait de la fibre de pâte recyclée. Quelques années plus tard, mes parents ont mis tous leurs avoirs en garantie pour acheter et rouvrir une usine de fabrication de papier de Kingsey Falls, où Cascades est née en mars 1964, et le siège social s'y trouve toujours.

JLA - Ce n'était pas encore la mode du papier fait de fibres recyclées ?

A.L. - C'était par souci d'économie ! Nous n'avions pas trop de succès, car la notion de papier recyclé avait une connotation négative. Heureusement, les temps ont changé. C'est devenu un atout marketing. Avec le recul, nous réalisons que ce que nous avons d'abord fait pour réduire les coûts nous a procuré une bonne longueur d'avance sur le plan environnemental.

JLA - Par la force des choses, votre virage vert a donc été moins difficile que celui d'autres entreprises ?

A.L. - En ce qui concerne la récupération et le recyclage, oui, car nous avons une expérience de 50 ans. Et nous ne recyclons pas que des vieux papiers, mais aussi des plastiques, des métaux, du verre, du bois. Nous sommes le plus important récupérateur au Canada. Par exemple, nous fabriquons des planches, des patios et du mobilier urbain avec des plastiques recyclés.

Cela dit, nous avons quand même effectué un virage vert. À nos débuts, nous nous préoccupions peu de ce que nous rejetions dans les cours d'eau et dans l'atmosphère. Mais dès que nous avons réalisé que nos rejets recelaient de l'énergie, des produits chimiques, des fibres et d'autres éléments pouvant être réutilisés, nous avons cherché à en améliorer le traitement. C'était d'abord pour diminuer les coûts. Depuis une quinzaine d'années, cependant, la protection de l'environnement est un facteur de motivation tout aussi important.

JLA - Avec quels résultats ?

A.L. - Nous surpassons les normes de qualité de l'eau et de l'air, notre consommation d'énergie est inférieure à la moyenne, et nos procédés requièrent trois fois moins d'eau que la moyenne de l'industrie papetière. Nous valorisons 73 % de nos résidus. Chaque année, nous réduisons nos émissions de gaz à effet de serre - de 7 %, en 2007. Nous avons réalisé pour 9 millions de dollars de projets énergétiques l'an dernier. Et tous les deux ans, nous procédons à un audit énergétique de nos grosses usines.

JLA - Et vous explorez sans cesse de nouvelles voies pour réduire les coûts et protéger l'environnement...

A.L. - L'usine de papiers fins de Saint-Jérôme comble 95 % de ses besoins en énergie avec les gaz issus de la décomposition des déchets d'un site d'enfouissement sanitaire. Depuis le début de ce projet, en 2004, elle a réduit ses gaz à effet de serre de 76 %. Et Boralex, notre filiale de production d'électricité, se lancera sous peu dans l'énergie solaire en Europe, et dans l'éolien au Québec.

Nous sommes en train de construire une usine pilote de gazéification à Kingsey Falls au coût d'environ 5 millions de dollars. Nous valoriserons les résidus qui ne sont pas valorisés actuellement, comme les palettes de bois, les plastiques provenant de systèmes d'épuration, des boues, etc. Nous pourrons même valoriser des résidus d'autres industries. Dans un premier temps, nous prévoyons que cette usine comblera entre 10 et 15 % de nos besoins en vapeur. Éventuellement, la gazéification pourrait être implantée dans nos autres usines.

Rentabiliser l'investissement peut demander du temps

Les bénéfices économiques de certaines mesures environnementales se font parfois attendre. Alain Lemaire cite l'exemple de la modernisation et l'agrandissement en cours de l'usine centenaire de papier essuie-mains et hygiénique de Lachute.

Le projet de 15 millions de dollars vise à remplacer les cinq chaînes de transformation par une seule, plus performante, mais aussi à agrandir le bâtiment. La construction, qui sera certifiée LEED, coûte plus cher à cause d'une série de petits gestes voués à préserver le patrimoine et l'environnement. Entre autres, Cascades a acheté une église désaffectée pour en récupérer les vitraux et d'autres matériaux et les intégrer au bâtiment agrandi.

" Cela nous coûtera quelques centaines de milliers de dollars de plus, mais nous tenons à le faire, dit Alain Lemaire. Lorsque nous faisons des gestes pour l'environnement, la rentabilité de l'investissement peut être longue à atteindre et difficile à calculer. Ça ne fait pas toujours l'affaire du conseil d'administration ! Mais ce que nous faisions par nécessité, nous le faisons maintenant par conviction. "

Un atout concurrentiel

Cependant, Cascades joue à fond la carte verte depuis peu. " C'était naturel pour nous, nous n'avions pas l'idée de nous en vanter, dit Alain Lemaire. Mais les autres entreprises se sont mises à publiciser des gestes verts que nous faisions depuis longtemps. "

Cascades a alors entrepris d'afficher ses couleurs vertes, notamment sur son site Internet et dans des publicités à la télévision. Depuis 2007, l'entreprise inscrit aussi la valeur environnementale de ses papiers ménagers sur leur emballage, à la manière du tableau des valeurs nutritives d'aliments préparés.

Et, autre avantage important, " certaines personnes choisissent de travailler chez nous plutôt qu'ailleurs, parce qu'elles partagent nos valeurs ", souligne Alain Lemaire.

dossiers@transcontinental.ca

À la une

«Ouille, j'ai le doigt entre l'arbre et l'écorce!»

Il y a 3 minutes | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «Nouveau gestionnaire, je suis coincé entre les demandes contradictoires de mon équipe et des dirigeants.»

Comment gérer l'anxiété liée au magasinage en cette période des Fêtes

Il y a 42 minutes | La Presse Canadienne

Lorsque novembre est arrivé, Sabina Wex a commencé à se sentir anxieuse à l’idée d’acheter des cadeaux.

À surveiller: CGI, Dollarama et Lion Électrique

Que faire avec les titres de CGI, Dollarama et Lion Électrique? Voici quelques recommandations d’analystes.