Des efforts constants récompensés chez Fenêtres Magistral

Publié le 30/03/2013 à 00:00

Des efforts constants récompensés chez Fenêtres Magistral

Publié le 30/03/2013 à 00:00

Investir dans l'amélioration des procédés de fabrication, la formation des employés et la R-D, ça paye. C'est ce qui a permis à Fenêtres Magistral de remporter le prix Marius-Fortin pour l'amélioration de la compétitivité lors du Gala des Mérites STIQ (Sous-traitance industrielle du Québec), tenu le 19 mars à Montréal.

La PME de Blainville, qui emploie 170 personnes, a investi six millions de dollars depuis 16 ans pour améliorer sa productivité.

Derrière cette réussite, on retrouve trois cousins, Martin, Stéphane et Claude Charron, qui décident en 1997 de relancer avec un partenaire financier l'entreprise de leur grand-père, Jean-Baptiste, laquelle a fermé ses portes après 49 ans d'existence. Le nom de Fenêtres JB change pour Fenêtres Magistral.

«À l'époque, nous avons misé sur un nouveau produit avec des fenêtres arrondies et un fini lustré, qui n'existait pas sur le marché», relate Claude Charron, vice-président de l'entreprise.

Les quatre associés travaillent étroitement en équipe avec trois employés. «Les titres de président ou de vice-président n'ont aucune importance. Nous allions chercher les contrats directement sur les chantiers des résidences en construction. On revenait les fabriquer à notre usine et on livrait nous-mêmes la marchandise.»

Éliminer le gaspillage

Peu à peu, ils s'emparent du marché résidentiel, principalement à Montréal et dans le nord de la région. À l'affût des nouvelles tendances et méthodes de travail, M. Charron assiste, en 1999, à une conférence sur le projet Kaizen qu'il tente d'implanter au sein de son entreprise. «Nous avons alors fait appel à une firme d'ingénieurs qui nous a guidés concernant l'amélioration des processus sur notre ligne de production.»

Une décision capitale, selon lui. «Sans cela, nous n'aurions pas été capables de survivre et de faire face à la croissance de notre entreprise.»

Rapidement, les changements éliminent le gaspillage et la perte de temps dans l'usine. «À ce moment-là, nous avons vu une amélioration de 25 à 30 % de notre efficacité», note M. Charron.

L'afflux des commandes force le personnel à doubler la cadence et à augmenter les heures supplémentaires. De 2003 à 2008, le recrutement de la main-d'oeuvre était particulièrement difficile. Depuis ce temps, l'entreprise fidélise ses 170 employés en accordant des horaires flexibles pour mieux faciliter la conciliation travail-famille.

Régulièrement, Fenêtres Magistral continue de recourir aux services d'une firme d'ingénierie, en l'occurrence Progima, qui l'aide dans l'implantation de projets spécifiques autant dans les bureaux que dans l'usine.

De plus, chaque année, l'entreprise investit 100 000 $ sur un chiffre d'affaires de 25 M$ pour développer un produit innovateur dans les portes et fenêtres. «Depuis 2010, nous fabriquons des fenêtres hybrides en PVC, dont l'extérieur est en aluminium.»

Ventes directes sur le marché de la rénovation

Avant même que les spécialistes prévoient un ralentissement du marché de la construction résidentielle, les Charron ont orienté leurs efforts vers le marché de la rénovation. «Nous avons ouvert deux magasins et une agence de télémarketing pour vendre nos fenêtres directement aux consommateurs qui veulent effectuer des projets de rénovation.»

Depuis les cinq dernières années, 50 % de la production du fabricant de Blainville est destinée au marché de la construction résidentielle neuve et l'autre 50 %, au secteur de la rénovation.

«Malgré un contexte plus difficile, nous avons un plan de croissance pour les trois prochaines années. Nous voulons nous démarquer par la qualité de nos produits adaptés aux consommateurs, par notre service personnalisé et par nos prix concurrentiels», indique M. Charron qui se déplace encore aujourd'hui pour rencontrer ses clients. «C'est ma façon de tâter le pouls du marché et de connaître les besoins des gens.»

D'autres prix ont été remis lors du Gala des Mérites STIQ : l'Aluminerie Alouette, de Sept-Îles, sur la Côte-Nord, a été honorée pour ses efforts en matière de création d'emplois dans la transformation de l'aluminium.

En collaboration avec STIQ, l'aluminerie a lancé en 2009 Podium Aluminium, un programme d'amélioration destiné aux PME manufacturières québécoises ayant un projet de création d'emplois en transformation de l'aluminium. Plus de 200 entreprises québécoises y participent chaque année.

À la une

La start-up de Sherbrooke qui veut commercialiser un médicament

03/03/2024 | Emmanuel Martinez

«Les gens pensent que l’argent coule à flots pour les start-ups, parce qu’on nous montre des exceptions.»

La start-up qui voulait faire économiser 1G$ en soins à l'Amérique du Nord

01/03/2024 | Émilie Parent-Bouchard

Une start-up de Sherbrooke propose des solutions aux victimes d'un traumatisme crânien qui doivent être opérées.

Pas de démondialisation, à l’exception des semi-conducteurs

01/03/2024 | François Normand

ANALYSE. Aucun «ralentissement durable» de la mondialisation, mais on observe une incertitude techno-géopolitique.